DE PHARES EN CAPS

Au tournant, le phare me fait signe dans la brume. Cap des Rosiers, où poussent encore des fleurs sauvages, des églantiers.

Après une marche sous la pluie, le phare rouge du Cap Gaspé, seule tache de couleur. Gespe’g, « le bout du monde » en micmac, rejoint dans le brouillard tous les autres finisterres.
Rachel Bouvet

DSCN1598

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s