Carte postale de l’île d’Ouessant

IMG_0790

À Ouessant il y a cinq phares – le Phare du Créach sur la côte ouest, le Phare de Nividic, encore plus à l’ouest, en pleine mer, le Phare de la Jument au sud-ouest, le Phare du Stiff au nord-est, le Phare de Kéréon au sud-est –, des balises et des amers sans nom, une immense tour radar, deux sémaphores, dont l’un accueille les écrivains et les artistes. Autant dire que l’on se perd facilement dans la brume au large du Finistère, c’est à cette condition seulement que l’on parvient à se retrouver. Une île éminemment géopoétique en somme, dans laquelle on ne peut s’empêcher de rêver… à un futur atelier.

Rachel Bouvet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s