Joannie Bélisle

Joannie Bélisle termine sa maîtrise en études littéraires à l’UQAM. Son mémoire s’intitule Pour une géopoétique climatique: Le nomadisme dans «l’autobiographie américaine» de Dany Laferrière. Ses intérêts de recherche concernent donc le métissage, l’insularité, le mode d’habiter, la nordicité, mais également la mémoire. Coordonnatrice de La Traversée – atelier de géopoétique, elle a écrit un article «Habiter la mer: entre sédentarisme, errance et nomadisme dans La Quarantaine», paru dans Les cahiers J.-M.G. Le Clézio (no. 10, 2017) et travaille actuellement à l’assistanat d’une anthologie de littérature et géopograhie aux côtés de Rachel Bouvet.