Dépanneurs

 

Tel que défini par l’Office de la langue française, le dépanneur est un «établissement où l’on vend des aliments et une gamme restreinte d’articles de consommation courante, et dont les heures et jours d’ouverture s’étendent au-delà des heures et jours habituels des établissements commerciaux.» Autrement appelé convenience store ou corner shop en anglais, le dépanneur fait aussi écho aux night shops, en France et en Belgique, tout comme à l’«Arabe du coin». Le dépanneur étant un lieu où la rapidité et la transaction priment, l’idée d’aller y flâner en surprendra peut-être certains, d’autant plus que ces petits commerces découragent souvent le flânage par des affiches. Mais ça nous semble justement un défi intéressant que de considérer l’espace-thème des dépanneurs comme un réseau à explorer. Comment, en effet, aborder un lieu où l’on ne se rend que par nécessité, où les allées sont souvent étroites et où la solitude est à peu près impossible? Comment saisir cette diversité impressionnante d’habitués et de personnages hauts en couleurs, de produits, de ronronnements de frigidaires et de grésillements de téléviseurs, de bribes de paroles et de conversations tout en longueur avec le caissier? Les participants seront donc invités à redéfinir leur rapport à cet espace du quotidien où le banal et l’extraordinaire se côtoient.

2 février au 1er juin 2010

Animateurs : Benoit Bordeleau et Chloë Rolland

Quelques oeuvres déambulatoires:

Aller/ne pas aller au « dèp' », par Kevin Cordeau

Jardins secrets de l’ordinaire – VIII, par Yves Lacroix

Bleu Coolpar Nicolas Lanouette

Stations-Services, par Vincent Brault

Vas-y de bon coeur!, par Anne-Sophie Subilia

Mon quartier, mes fidélités, par Philippe Archambault

Le loup chanceuxpar Julien Bourbeau

Lire au dépanneur, deux, par André Carpentier

Question d’habitudespar Benoit Bordeleau

Familiarité, par Chloë Rolland

*

Lire plus de notes de terrain –>